Médiations du calcul à l’écran : des figures du classement ordinaire aux prétentions d’une ‘métrique sociale’

Pour la sixième séance du séminaire, nous accueillerons , pour une séance intitulée

« Médiations du calcul à l’écran :

des figures du classement ordinaire

aux prétentions d’une ‘métrique sociale' »

Gustavo Gomez-Mejia et Etienne Candel (ce dernier sous réserve)

le 23 mai 2013, 17h-19h

salle 85 (CNAM, 2 rue Conté, accès 31 au 2 ème étage)

Mise à jour : cette séance a été annulée et reportée à la rentrée de septembre 2013.

Dans le cadre théorique d’une approche techno-sémiotique des écrits d’écran, l’appréhension de la problématique de l’« autorité » sur Internet est indissociable d’une prise en compte des standards et des signes qui sont censés la manifester à l’écran. Quelles sont ces « petites formes » préfabriquées pour indiquer une certaine autorité sur le Web ?

Penser comme des médiations les classements ordinaires auxquels sont confrontés les internautes permet d’interroger à la fois :

– leurs conditions de production industrialisées de l’écriture ;

– les normes de représentation mobilisées par leurs formes standardisées en pixels ;

– les axiologies favorisées en vue de structurer des critères d’évaluation habituels.

Ces trois dimensions des médiations du classement dénaturalisent de l’amont vers l’aval la consistance apparente des « autorités calculées » sur l’Internet contemporain. Dans la mesure où le syntagme « social metrics » se fige dans les discours contemporains des professionnels du réseau, il convient d’insister sur l’épaisseur techno-sémiotique des médiations qui rendent lisibles comme des systèmes de valeurs une série de calculs opérés par les acteurs du Web.

Les intervenants se pencheront en particulier sur les listes quantifiées ou issues de quantification, et sur leurs conditions de productions qui sont souvent occultées tant la demande sociale pour ces classements est grande sur les réseaux sociaux. Cependant, l’ensemble de ces mirabilia repose sur un nombre de type de comptages très limités, structurant le substrat technique de l’ordinateur : nombre de clics, nombre de liens, heure. Il s’agit de réfléchir sur la manière dont le social est normé par des formes écrites du calcul, en questionnant la production et des circuits d’élaboration de ces objets, en observant le fonctionnement sémiotique des formes et en analysant leur opérativité symbolique.

Gustavo Gomez-Mejia est Maître de Conférences à l’IUT de Tours (Univ. François-Rabelais Tours) et Etienne Candel est Maître de Conférences au Celsa (Univ. Paris 4 Sorbonne). Ils ont récemment participé à l’ouvrage collectif Manuel d’analyse du Web publié au début de l’année 2013.

Identification et qualification des émetteurs sur le Web dans le cadre d’une application de veille

Résumé de l’intervention d’Aurélien Lauf, prévue le 25 avril de 17h à 19h en salle en salle 21.2.43.

Dans un cadre de veille sur le Web, il est crucial d’être en mesure de qualifier les émetteurs et de se constituer un bouquet de sources pertinentes sur une thématique donnée. Il peut s’agir de sources influentes ou alors réactives par rapport à l’actualité. Un  commentaire positif ou négatif ne présentera pas le même intérêt pour le veilleur selon que l’émetteur est influent ou non.

Après un bref rappel du fonctionnement du cycle de veille et de ses enjeux, nous aborderons des méthodes d’analyse topologique du Web inspirées principalement de l’algorithme HITS de J. Kleinberg. A travers une analyse conjointe du contenu textuel et des sous-graphes du Web, ces approches visent à proposer un calcul d’autorité selon une thématique donnée. Des exemples ainsi que les limites théoriques et applicatives seront présentées.

A propos d’A. Lauf :

* Actuellement ingénieur-recherche en linguistique-informatique chez AMI Software après un contrat CIFRE.
* Thèse (en fin de rédaction, soutenance projetée pour la rentrée 2013) sur le Traitement Automatique des Langues, préparé à l’INaLCO (Institut National des Langues et Civilisations Orientales – Langues’O). Directeur de thèse : Mathieu Valette.
* Les travaux de thèse portent sur l’identification, l’analyse, la modélisation et la représentation du buzz sur Internet, dans un cadre d’une application de veille. Recherches centrées autour de l’analyse de la topologie du Web (théorie des graphes, calcul d’autorité, détection de communautés), le traitement automatique des langues (distances inter-textuelles, classification non supervisée, extraction d’information), et les problématiques de visualisation dynamique des résultats.

Louise Merzeau le 28 mars : Twitter, une machine à fabriquer de l’autorité

Pour cette 4ème séance du séminaire « Autorités calculées », nous recevons Louise Merzeau (MCF Paris Ouest Nanterre La Défense – Tactic / Dicen-IDF), qui viendra nous présenter son dernier article, « Twitter, une machine à fabriquer de l’autorité » (in Gabriel Gallezot, Nicolas Pélissier (dir.), Twitter, un monde en tout petit ? L’Harmattan, p.35-52, 2013).

Jeudi 28 mars 2013 : Louise Merzeau

17h-19h

CNAM, 2 rue Conté

39.2.64

Voici une synthèse de l’article, afin de bien préparer la séance :

Les univers dits « désintermédiés » du Web 2.0 forcent la remise en question de la construction et de la médiation de l’autorité ; même si cette appellation est critiquable (la disparition des intermédiaires est un fantasme plus qu’une réalité), il est probable que les valeurs de référence traditionnelles de l’autorité, liées aux cultures de l’imprimé, ne soient plus valides. Merzeau part d’une situation problématique où l’utilisation de Twitter pendant une conférence académique (documentation en temps réel, compte rendu et réactions à vif) vient déranger les habitus traditionnels de la médiation scientifique. Deux modèles s’opposent, entre confidentialité et diffusion. Les médias sociaux numériques, ainsi, brouillent l’économie de l’écriture et rendent poreuses les distinctions entre les genres discursifs et textuels (dans le cas qui nous intéresse, entre correspondance et publication).

Contrairement à ce que l’on en dit, Twitter n’opère pas une confusion des genres ou le mélange entre public et privé. En fait, ce dispositif opère la construction d’une autorité complexe via des paramétrages de création, publication et partage de contenu variés. On y repère des « cascades de filtres » entre émission et réception, selon des systèmes de propagation plus précis que les cibles d’audience habituelles. Selon le principe d’une « économie attentionnelle », les contenus ne sont pas seulement valorisés selon leur pertinence mais selon divers procédés de requalification au fil de leur propagation. Le phénomène de viralité doit ainsi être décrit comme une forme de « diffusion commutative » (entre pôles communicationnels ouverts et fermés, contenus pertinents ou non) et non plus « radiale » (modèle de la diffusion d’un émetteur vers une audience).

Ainsi, on peut tracer de nouveaux circuits d’influence et donc de légitimité. La figure traditionnelle de l’autorité implique une position hiérarchique en surplomb ; sur les réseaux l’horizontalité prime, impliquant toutefois de nombreux dénivelés. On cherche de nouvelles métaphores, par exemple, celle de l’autorité « en entonnoir » pour Google (Gallezot et Simonnot) : « Suprématie, omniscience, opacité, entraînant adhésion (la pertinence des résultats n’est pas contestée par l’immense majorité des internautes) et soumission (les règles de référencement imposées par le moteur sont adoptées par tous les webmasters)… ».

Mais les métriques de l’autorité sont particulièrement bouleversées par l’extension des champs de la pratique conversationnelle (via les médias sociaux) à tous les domaines de l’information en ligne. Elles sont prises dans deux dynamiques : celle de la « dictature de l’affinité » (recommandation consumériste) et celle de la « cooptation réticulaire ». Cette double dynamique est oxymorique : sous son effet, le Web se replie (contraction du flux conversationnel dans le tri de l’information émise et reçue selon les cercles d’affinités et de sociabilité) et se déplie (agrandissement des cercles via nœuds, typologies de filtre et autres classements). Ces systèmes d’autorité sont à la fois autonomes et interdépendants : Merzeau propose une autre métaphore, celle de la galaxie (« systèmes d’étoiles ») reprise des théoriciens de la cyberculture (Castells) et adaptée aux médias sociaux du Web 2.0.

Autre processus paradoxal : la dimension participative impliquée par la création collaborative de taxonomies crée de l’inégalité (inclusion / exclusion groupes d’influences, gestion e-réputation). Contrairement aux premiers modèles de réseaux sociaux (blogosphère), il n’y a pas d’exigence de réciprocité mais une hiérarchisation constante des informations et des locuteurs qui leurs sont attachés. L’influence se mesure dans le calcul de la différence entre ceux qu’on suit et ceux qui nous suivent, une différence surveillée grâce à des dispositif de statistiques, d’alertes et de mentions (selon un mécanisme élaboré de rétroaction). La prise en main des outils de ce dispositif impliquent une auto-observation, une réflexivité, une compréhension active induisant les lois de l’autorité de l’immanence des usages. La mesure des effets ne peut se faire que via une « boucle d’engagement social ». La formation d’une expertise se fonde alors sur la manipulation de l’autorité (expertise façonnée dans l’immanence des déterminations et la participation aux médiations identitaires).

On est ainsi dans le cadre d’une autorité informationnelle (Broudoux) plutôt que cognitive, puisqu’elle a moins fonction d’influence que de donner forme (in-former). Cette in-formation est celle du filtrage informationnel opéré par ceux qu’on suit, par une soumission volontaire à l’influence du nombre et du charisme. Cela opère un conditionnement communautaire qui débouche sur la détermination de comportements conversationnels et informationnels selon ce qui peut devenir une mobilisation engagée. Le « régime attentionnel » est un vecteur d’autorité informationnelle qui propose une cartographie du Web dont les contours sont constamment redéfinis (via les renvois hypertextes insérés dans les messages Twitter). A cela, il faut ajouter la mesure des échanges, des appréciations (« like »), des republications dont les statistiques produisent des taux d’audiences en variation permanente mais surtout des « distances informationnelles » (Rieder : la probabilité d’être confronté à une information dépend de l’usage et des médiations). Twitter est un médium d’orientation dans la plasticité Web : « Pour s’orienter, l’internaute a besoin d’anamorphoses mouvantes qui rapprochent ou éloignent telle ressource en fonction de ses intérêts du moment ».

Il faut enfin tenir compte d’une évolution diachronique importante : en termes de médias sociaux, on passe des petits mondes à l’espace public. La transposition des énoncés de réseau dans un cadre énonciatif de type mass media entraîne le basculement dans un régime attentionnel de masse et la modification des structures autoritatives de la propagation. De la communauté restreinte à l’opinion publique médiatisée, l’autorité se base sur la notoriété plutôt que la confiance. Merzeau retrouve le lien étymologique entre les termes « augmentation » et « autorité » dans la manière dont l’autorité 2.0 dépend de la propagation des messages et de l’impact attentionnel.

Une interrogation finale porte sur le devenir de la notion d’auteur dans ces environnements où la production de contenu est de moins en moins originale, et de plus en plus définie par la productivité d’information. Sous-tendant cette productivité, la notion de souscription (abonnement aux fils d’informations) devient primordiale ; c’est-à-dire, « écrire en dessous » (Ertzscheid), écrire au second degré, en citation permanente. Par ailleurs, la cohésion de l’autorité éclate de même que celle des œuvres, à travers la fragmentation structurelle des contenus. Est-ce que le partage en vient à remplacer la publication ? Selon le concept de « conversion numérique » (Doueihi), il pourrait bien en être ainsi.

Merzeau propose l’idée d’autorité pervasive pour qualifier cette évolution : « Quelle que soit la part de l’éditorialisation communautaire ou réflexive, l’autorité désigne aussi (d’abord ?) une grandeur mesurable indexée sur une série de variables, parmi lesquelles le nombre d’abonnés ou d’amis, les taux de retweets et de mention, l’influence qu’ont les personnes qui vous suivent (network), la fréquence de publication, l’amplitude du graphe social, la probabilité qu’un post soit relayé (amplification), le nombre de cibles réellement atteintes (true reach), etc. À mesure que les écritures de souscription se sont généralisées, les applications ont en effet pris le relais pour occuper la place laissée vacante par l’auctorialité pulvérisée »

Les autorités calculées : du web aux documents internes des organisations

Cette séance aura lieu le mercredi 27 février de 17h à 19h au CNAM, en salle salle 17.2.14 (accès rue Saint-Martin).

Les travaux initiés par Franck Ghitalla sont innovants sur de multiples plans : éducation, recherche, développement, avec des conséquences immédiates pour les recherches appliquées (WebAtlas, RTGI, Linkfluence, Gephi) et des usages qui intéressent les collectivités. D’un point de vue éducation, il initie depuis plus de dix ans les futurs ingénieurs de l’UTC aux différentes théories des graphes et des réseaux pour créer un mode alternatif d’exploration du web qui ne passe pas par l’indexation réalisée par les moteurs de recherche. Son équipe d’étudiants crée des crawlers dès le début des années 2000, collecte les urls et les liens et génère des représentations graphiques du web avec le logiciel Pajek, à partir de l’algorithme de J. Kleinberg. Sont attribués aux « sites web » des scores de « hub » et d’ « autorité » : les « autorités » collectent les liens entrants alors que les « hubs » concentrent les liens sortants ; 20% des sites web génère 80% des liens du réseau. Sur les graphes ainsi représentés sont repérables des agrégats de liens lorsque les « sites web » sont fortement interconnectés et à ces concentrations de liens correspondent des espaces sémantiques.

Des propriétés topologiques du réseau sont déduites de ces données statistiques de liaison entre les sites web. C’est la mise en évidence de la structure topologique du web et le début de ses représentations cartographiques que ne cessent d’enrichir des contenus rendus visibles.

Au niveau macro, le web apparaît pris en tension dans des phases d’expansion et de contraction qui organise son mode d’extension.  Au niveau micro, l’analyse des formes graphiques des cartographies révèle des « patterns » alors que reviennent de manière régulière des figures… L’architecture distribuée du web est ainsi composée de patterns topo-sémantiques repérables et analysables dont il serait utile de faire l’inventaire.

De ces recherches découlent des méthodes sur lesquelles les sciences de l’information et de la communication pourraient s’appuyer car les invariants découverts concernent autant les documents des organisations que les sites web.

Articles

Mise à jour : Compte-rendu de la séance.

 

La prise de conscience du pouvoir de l’outil : l’auteur face à ses pratiques

La deuxième séance du séminaire “Autorités calculées” fera place à Odile Farge, Doctorante en Sciences de l’information et de la communication à l’Université Paris 8.

Odile Farge interviendra sur “La prise de conscience du pouvoir de l’outil : l’auteur face à ses pratiques”.

17 janvier 2013

de 17 h à 19h

Salle 33.3.24
Cnam – Accès 33
2 rue Conté, 75003 Paris

 

Présentation par l’auteure :

Dans nos sociétés globalisées, la « démocratisation » relative du Web a provoqué l’avancée des formats de standardisation. Nous considérons la représentation des informations, au même titre que la visualisation, comme l’expression d’un mode de pensée qui se trouve au cœur du processus de design d’interface. Ce mode de pensée, qui s’articule de plus en plus sur un système modulaire, semble se nourrir de formats prédéfinis à la création. La mise en page revêt pourtant une importance dans la structuration et la mise en avant des idées.

Notre présentation portera sur les enjeux de l’outil-logiciel dans le processus de création, thème général de notre recherche. De notre point de vue, l’outil n’est pas neutre, et la société mesure de plus en plus la place essentielle qu’il possède notamment dans la création numérique,. Le choix même du terme a une signification particulière selon le rôle que nous attribuons aux objets. Le choix de ce terme annonce déjà ce que nous attendons de lui. Il porte en ses formes, un risque élevé de standardisation.

Nous interrogerons cette problématique à partir du point de vue de l’auteur dans le champ de la littérature numérique ou encore celui du créateur dans la production d’œuvres numériques. Nous nous demanderons quelle est la place de l’outil dans leurs créations. Les directions qu’il impose et les points de vue qu’il apporte dans un champ de recherche telle que la littérature numérique nous permettront d’appréhender son influence, où la créativité devient une ressource essentielle de nos sociétés de savoir.

L’écriture numérique est une production qui nécessite des outils, des logiciels ou des technologies et qui impose des choix et des orientations qui questionnent notre acte créateur. L’écriture, au sens traditionnel du terme, est passée au second plan. Nous sommes dans l’ordre de l’organisation visuelle de la pensée et des échanges. La mise en page met au premier plan certains éléments, en retrait d’autres, articule des formes et propose certaines pratiques.

Au travers de certaines d’entre elles (découverte et apprentissage, négociation, détournement, aller-retour), nous adaptons sans cesse nos gestes dans une négociation permanente pour atteindre nos fins.

L’auteur, en s’insérant dans la logique de l’outil-logiciel et ses présupposés, peut tomber sous la fascination de celui-ci. Nous pouvons à ce titre nous demander si l’outil ne le domine pas, par la fascination qu’il exerce à son endroit. Une relation entre l’outil et l’auteur de productions littéraires ou créatrices se noue, des stratégies visuelles apparaissent dans les œuvres, sans que cela soit consciemment planifié, quelquefois sans que l’auteur ait conscience du pouvoir qu’exerce l’outil qu’il manipule. Cela transforme l’écriture dans son exploration des formes numériques de la littérature.

Les créateurs tentent aussi d’échapper à ces espaces prédéfinis qui dictent leurs conduites en jouant d’eux, en inventant des façons de faire. Comment alors échapper le plus possible à cette compromission ou au contraire, comment jouer de ces contraintes pour qu’une nouvelle création puisse émerger ? Comment conserver une part de liberté et ainsi laisser agir sa créativité ?

Les outils, et plus particulièrement les outils-logiciels, nous amènent à réfléchir et nous paraissent porteurs dans un monde où la mondialisation, Internet et les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication occupent une place de choix dans notre vie professionnelle ou personnelle.

 « Littérature et numérique : vers quelles écritures ? », BBF, 2011, n° 5, p. 103-104

« Le rôle des outils CMS dans la création des blogues littéraires », Journées d’études Figura « Le blogue littéraire : nouvel atelier de l’écrivain », 27 janvier 2012, Montréal, Canada. [audio en ligne]

Le PageRank, la théorie des graphes et la mesure de l’autorité (2)

Afin de préparer la séance de séminaire du 19 novembre avec Bernhard Rieder, voici une synthèse de son article « What is in PageRank ? A Historical and Conceptual Investigation of a Recursive Status Index » paru dans Computational Culture en septembre 2012, et sur lequel il appuiera son intervention.

Bernhard Rieder analyse l’algorithme du moteur de recherche de Google, nommé PageRank, du point de vue des Software Studies. Cette démarche se propose d’ancrer des problématiques classiques en science informatique (qu’est-ce qu’un algorithme ? une action séquencée en opérations pour résoudre un problème) dans un contexte matériel et conceptuel (en spécifiant l’action et le problème concernés). Cela permet de mieux les soumettre à des perspectives de sciences sociales et humaines sans perdre de vue celle des sciences informatiques et des mathématiques. La question se reformule alors ainsi : qu’y a-t-il dans un algorithme ? Ses procédures sont-elles descriptives ou prescriptives ?

Notre pratique quotidienne du Web implique des gestes associés à des logiciels qui décident d’actions informationnelles (filtrage, classement, organisation…). Il s’agit d’analyser les procédures de calcul inscrites dans leurs algorithmes. Rieder propose moins de discuter les effets sociaux ou politiques de ces logiciels qu’à remonter en amont dans leur archive (au sens foucaldien du terme), et déchiffrer leurs inscriptions conceptuelles comme une forme d’engagement (qui peut, en aval, avoir des effets sociaux ou politiques…).

Dans le cas de PageRank, l’inscription conceptuelle relève avant tout de concepts en métrique sociale ancrés dans la théorie des graphes et dans l’algèbre matricielle. Plus spécifiquement, le PageRank repose sur une variation à partir des méthodes d’analyse de réseau qui se fonde, plutôt que sur la quantité de nœuds, sur leur qualité (quel est leur statut ?). Cette méthode réflexive conditionne les manières de calculer les relations de réseau et de les évaluer.

Rieder propose d’approcher cette inscription en terme historique, et plus précisément grâce à une remontée généalogique (quels sont les a priori historiques à l’apparition de PageRank) jusque dans les années 1930. Il trouve dans cette période un rapprochement entre mathématiques et sciences sociales autre que celui de la statistique.

L’analyse de réseau est le premier modèle convoqué pour comprendre le PageRank. La théorie des graphes est formée aux sciences sociales (et non pas simplement importée depuis les mathématiques), au sein du courant de recherche en sociométrie sur les « petits groupes » (small group research, avec Lewin et Moreno). Ce courant propose de trouver les « structures psychologiques de la société » à partir de relations binaires entre individus (dyadiques). Critiqué pour ses méthodes de recueil de données (on interroge des personnes qui désignent d’autres personnes jugées influentes), la méthode d’analyse de réseau promue travaille cependant à rendre le plus objectif le rendu visuel du calcul des données : il s’agit de représenter un ordre des données (des sociogrammes) à travers plusieurs raisonnements possibles (selon la manière dont est arrangée la matrice de calcul). Le réductionnisme de la méthode (réduction du phénomène à un graphe) serait compensé par son aspect génératif.

C’est seulement après les années 1950 que la méthode d’analyse de réseau se diffuse, après avoir été appropriée, standardisée et présentée dans un cadre pédagogique par l’analyse topologique puis par les mathématiques elles-mêmes. Si ces appropriations permettent de solidifier l’approche méthodologique, elles introduisent aussi et surtout une démarcation scientifique au sein de la théorie des graphes : le modèle de réseau soit reste analytique, soit devient un modèle ontologique avec des propriétés qui lui sont propres (par exemple, la décentralisation) et une réalité empirique. Rieder se positionne en défendant l’ancrage des méthodes de formalisation dans la théorie sociale, en privilégiant la perspective analytique.

Il est important, pour comprendre le cas de Google, de revenir sur la place du statut des nœuds connectés dans le modèle du réseau. En effet, les hiérarchies ne sont pas évacuées dans l’analyse de réseau, mais apparaissent dans les mesures même si aucune hiérarchie institutionnelle n’organise le réseau empiriquement. Elles sont mises au jour par des rapports de pouvoir, eux-mêmes révélés par le calcul de la connectivité des nœuds. C’est à travers les travaux de Katz que l’idée de statut récursif est inscrite dans la méthode d’analyse de réseau : il introduit des distinctions dans le calcul des connexions (selon la technique de mesure appelée « Katz centrality ») plus fines que chez Moreno, chez qui les connections ne faisaient que révéler des phénomènes de popularité. Katz veut mesurer le pouvoir social : il faut donc approcher les liens de manière cumulative (un leader social l’est parce que les personnes qui font son réseau ont déjà plus de pouvoir que n’importe quel quidam), ce qui permet de dégager des hiérarchies socionomiques.

Une autre méthode prégnante dans l’héritage du PageRank : l’analyse de citation dans le domaine de la recherche d’information (Information Retrieval) depuis les années 1960. D’abord développée pour faire de la recherche historiographique, elle est devenue un outil de mesure d’évaluation de la littérature scientifique. En 1972, Garfield propose la notion de de « facteur d’impact », calculé proportionnellement à partir du nombre de citations reçues par un journal sur ses deux derniers volumes divisé par le nombre d’articles concernés par ces volumes. Cependant, le principe de l’ « innocence des liens » est critiqué car il cache les hiérarchies et les forces liées à l’économie de marché de l’édition scientifique. Le « facteur d’amortissement » atténue ces effets (Pinsky et Narin, 1976) ; on le retrouve dans le PageRank, et vient donc enrichir l’archive de l’algorithme de Google, que Rieder définit comme un artefact computationnel fabriqué comme une forme de lecture de la réalité (informationnelle).

Rieder complète ce retour historique sur l’archive conceptuelle du PageRank par la mention d’un 3ème modèle d’intégration d’instruments de métrique dans des environnements logiciels : la navigation hypertextuelle (Botafogo, Rivlin et Schneiderman, 1992), qui pose des repères dans les nouveaux espaces d’Internet et permet de voir la connaissance sous différentes perspectives. Le Web, en ceci, est un catalyseur puisqu’il est un corpus de documents qui commence à être conçu différemment dans la rencontre entre logique hypertextuelle, analyse de réseau et analyse de citation : le PageRank est un mécanisme selon lequel le Web n’est plus déterminé comme un dépôt de documents mais comme un système social dont les documents sont des membres dans un environnement de réseau stratifié. Leur pertinence n’est plus seulement liée à un besoin informationnel mais par rapport au statut et à l’autorité. Ce système social est vu comme une source légitime d’une nouvelle compréhension singulière et universelle de l’autorité.

Si la mesure sociométrique signifie que l’autorité ne réside plus dans les relations sociales et migre à la place vers un instrument de mesure (Mayer, 2009), alors on se demande encore comment mieux comprendre la façon dont l’autorité est configurée concrètement une fois qu’elle a migré ; l’analyse du PageRank est une étude de cas qui peut apporter des réponses. Rieder analyse les formes du raisonnement liées aux procédures de calcul de l’algorithme, en essayant de voir comment ces modèles formels rencontrent le monde en étant exprimés par le logiciel (et non pas en restant au niveau des langages formels). Cela permet de passer d’une analyse des propriétés descriptives de ces modèles (une lecture de la réalité) à celle de sa dimension prescriptive, une dimension accrue par le fait que les modèles sont invisibles. Alors que la métrique dans sa dimension descriptive représente le pouvoir social et s’engage sur le plan épistémologique dans une théorie du pouvoir, le mode prescriptif crée un engagement opérationnel en reproduisant en pratique la hiérarchie des statuts sociaux qu’il détecte.

Si on considère que le moteur de recherche Google est un site central de négociation de pouvoir et d’arbitrage, cette analyse doit conclure à ce que le classement des mécanismes d’autorité applique une vision de la société conservatrice au graphe de document pour trouver les vrais leaders et distribuer entre eux la visibilité. Selon que la conception logicielle se place d’un côté ou de l’autre du facteur d’amortissement (ou atténuation), le Web devient un modèle démocratique et méritocratique (monter dans le classement en collectant des citations ou des liens : gagner de l’autorité) ou opaque et possiblement machiavélique (reposant sur des réseaux de pouvoir stratégique hérités ou construits). Si l’on considère le lien « innocent » comme indicateur d’un jugement humain désintéressé, cela nous montre une méritocratie ; si le lien est pris dans des forces économiques, une ploutocratie. Le moteur de recherche vu comme une machine à visibilité les rend sujets à une dynamique d’auto-renforcement de l’avantage cumulatif.

Qu’y a-t-il dans les algorithmes qui produisent les métriques d’évaluation ? Ils encodent des façons de faire lien pouvant reconfigurer le pouvoir dans sa constitution, son opération, sa négociation. La superposition du descriptif et du prescriptif est le signe de l’introduction de nouvelles techniques dans le champ du contrôle. Ces engagements dans la manière de concevoir le social, à travers des machineries opérationnelles, produisent des conséquences sociales.

 

Le PageRank, la théorie des graphes et la mesure de l’autorité

Pour la première séance du séminaire « Autorités calculées », nous accueillerons Bernhard Rieder, assistant professor à l’Université d’Amsterdam, qui a soutenu une thèse en Sciences de l’information et de la communication à l’Université Paris 8 (Laboratoire Paragraphe) en 2007 intitulée Métatechnologies et délégation – Pour un design orienté-société dans l’ère du Web 2.0.

Bernhard Rieder interviendra sur « Le PageRank et l’application de la théorie des graphes à la mesure de l’autorité dans les systèmes sociaux ».

29 novembre 2012

de 18 h à 20h

Salle 33.3.24
Cnam – Accès 33
2 rue Conté, 75003 Paris

 Préparation à la séance.