Odile Farge : la prise de conscience du pouvoir de l’outil logiciel

Compte-rendu de la séance du 17 janvier 2013, « La prise de conscience du pouvoir de l’outil : l’auteur face à ses pratiques », avec Odile Farge, doctorante au laboratoire Paragraphe (Université Paris 8),

Odile Farge nous présente un état de l’art autour de la problématique qui guide ses travaux de thèse depuis 3 ans : quel est le rôle des outils logiciels dans les processus de création dans le champ de la littérature numérique ? Il s’agit de questionner le pouvoir de l’outil comme une prise de conscience des contraintes techniques et industrielles de l’outil de création (Alesandra Saemmer). Dans cette perspective, c’est le point de vue de l’auteur, du créateur, voire des personnes ordinaires sur des pratiques qui diffèrent des stratégies industrielles dans la conception logicielle qui est étudié.

L’écriture numérique est une production qui nécessite l’appréhension des logiciels -, ainsi qu’un processus interrogé par la mise en scène et l’appropriation des formats, aux niveaux les plus élémentaires de la création de contenu en ligne par exemple. Le cas des CMS (Content Management Systems) est intéressant à étudier dans la mesure où ils sont des vecteurs importants de la création de site Internet mais aussi des outils préfabriqués pour les auteurs de sites. Les blogs littéraires installés sur CMS ne sont apparemment pas des œuvres, mais sont pourtant des objets sur lesquels les auteurs réfléchissent. Ainsi de François Bon (Tiers Livre, installé sur le CMS Spip), qui explique que le numérique affecte le langage lui-même en lui adjoignant du code : l’utilisation de l’outil change le rapport à l’écriture, mais il peut aussi la conditionner, la contraindre ; comment s’extraire de la standardisation implicite de l’outil ? Il existe un large spectre entre écrivain et programmeur, avec différentes figures d’auteur-codeur. L’écriture du blog suppose des contraintes nouvelles pour l’auteur qui lui font faire un saut dans l’immatérialité – par exemple la gestion des serveurs. Le site Web doit donc être habité, investi de l’intérieur pour devenir le territoire de l’auteur (Arnaud Mezetti).

Les CMS témoignent de l’avancée des formats de standardisation qui favorisent la création de contenus immédiate et sans compétences en programmation ou en technique d’informatique de réseau. Ils représentent la séparation des contenus et de la forme dans la prise en main des outils logiciels pour la publication Web. On les considère comme des moteurs de démocratisation du Web mais il faut interroger la manière dont ils articulent des modes de pensées et leur structuration. Permettent-ils l’expression d’un mode de pensée au sein du design d’interfaces ? Odile Farge rappelle que la réflexion sur les logiciels relève de la pensée critique sur les outils ; elle fait l’hypothèse qu’ils représentent un fort pouvoir de prescription et peuvent conditionner la création. Dans une approche globale, on peut les penser comme des intermédiaires compris dans une action, ou plus précisément une médiation d’objets.

Pour Michel Serres, l’outil prolonge et spécialise, mais aussi permet de réaliser une idée à travers un processus en trois temps : transformation, pérennité et pérennité. L’ordinateur, en ceci, serait l’outil suprême puisqu’une simple touche déclenche une série d’actions possibles. WordPress, l’un des CMS les plus utilisés sur le Web, fonde la promotion de ses outils logiciels sur une facilité et rapidité d’accès et d’appropriation ; le logiciel est mis à disposition du plus grand nombre, dans un temps immédiat (condensation du temps). Pour Simondon, il faut opérer une distinction entre outil et instruments, au-delà de leur fonction commune de médiation entre l’homme et son milieu. L’outil est une aide à l’action ; il prolonge le corps. L’instrument est une aide à la perception ; il adapte le corps. Les logiciels sont des outils intégrant d’autres outils, mais donnent aussi à voir, percevoir, organiser (via le paramétrage par exemple). Ils ont un rôle non directif, dans la logique de l’ordinateur comme dispositif ont l’usage n’est pas déterminé mais repose sur un décuplement de ses propres capacités.

A cette vision non déterminante s’oppose une autre, qui voudrait que l’instrument contienne une conception du monde qui s’impose à ses utilisateurs (Pierre Rabardel). Vu comme prothèse, l’outil nous transforme comme, est indissociable de nous une fois intégré. Il entretient à l’utilisateur une relation de dépendance : il modifie le sujet, dominé par la machine. Cette vision instrumentale propose la figure de l’homo faber qui modifie le monde psychique et social (McLuhan) avec un outil qui contient déjà un point de vue. L’ordinateur serait ainsi une machine de représentation du monde. Il faut aussi tenir compte de l’évolution de l’ordinateur d’une machine de calcul qui propose une simple délégation du faire (Philippe Bootz) à une machine labile qui devient un environnement (avec l’arrivée des ordinateurs personnels).

Dans cet environnement, quelle place a le programme dans la relation/médiation entre auteur et œuvre ? Est-ce que l’intention de l’auteur peut s’exprimer sans prise en compte de la programmation ? Les langages de programmation ordonnent des informations qui commandent des actions à la machine. Ils sont une des face non visibles des objets logiciels, celle qui rassemble les contraintes de la codification informatique ; l’autre face est celle des interfaces qui s’inscrit dans une histoire visuelle (Lev Manovich, The Language of New Media). Ainsi, on voit que le poids du formatage est important pour la création médiatisée par logiciel : le texte et l’écriture apparaissant sur l’interface sont organisés à l’intérieur du code. Selon Roger Chartier, la mise en forme matérielle et visuelle du code favorise certaines logiques de mise en visibilité et de communication. L’architexte (Souchier, Le Marec, Jeanneret) propose selon cette idée un modèle qui s’ancre dans un logiciel, inscrit les procédures et protocoles dans l’objet ; il faut chercher le sens d’un texte dans sa forme et non plus seulement dans le contenu, puisque la forme comporte les composantes de l’usage du logiciel (lecture, écriture…). Dans cette mise en forme, il faut prendre en compte des propriétés dynamiques (comme l’appel d’éléments dans les bases de données) comme statiques, des perspectives d’évolution et de stabilisation des formes. Les outils logiciels d’écriture et lecture sur le Web proposent une forme de barbarie (Emmanuel Souchier) : ils nous habituent à une violence de la contrainte arbitraire tout en nous donnant satisfaction. Il ne faut ainsi pas sous-estimer le pouvoir de la fascination exercé par la machine.

Ainsi on peut se demander qui définit les formes que l’auteur de site va s’approprier et dans lesquelles le visiteur va naviguer. Odile Farge questionne dans quelle mesure les pratiques créatrices diffèrent des stratégies industrielles. En termes de pensée littéraire, comment s’articulent la production de l’oeuvre et la vision de l’auteur ? En effet, le « logiciel prend les commandes » (Software Takes Command, Manovich) ; en ceci, il serait le combustible de notre société de consommation numérique, et toutes les activités existent dans son prisme. En termes d’esthétique, il conditionne les lieux communs de l’iconographie des médias numériques à plusieurs échelles. On pourrait avancer qu’il est un outil culturel puissant des nouvelles logiques de la mondialisation, qui s’offre particulièrement bien à la logique de la technique comme compression de l’espace et du temps, et du progrès, qui apparaît comme processus plus qu’état. Le logiciel présente un bricolage sémiotique et socio-culturel (Lévi Strauss) qui est aussi un système autonome (parce que mondialisé). Le phénomène des communautés regroupées autour de l’utilisation de tel ou tel logiciel montre le logiciel comme un environnement, et plus même comme un espace de modélisation des différences. Il véhicule une information globalisée ; crée-t-il alors un effet de supermarché culturel (Stuart Hall) ?

Comment s’opèrent les choix dans cet environnement de modélisation ? La création d’un site Web est de l’ordre du conceptuel pour les artistes ; quel degré de reconnaissance dans la création est accordé à l’outil et à la programmation ? L’artiste va-t-il utiliser un outil populaire sans y réfléchir, ou apprendre un outil qui lui semble plus approprié à son travail ? Quelle part des habitudes dans l’investissement technique ? Dans un autre ordre idée, les choix de programmation portent aussi la possibilité d’une éthique et d’une économie, ce qu’investissent les défenseurs des logiciels libres en invitant les créateurs à garder une indépendance, voire à déployer une résistance face aux grandes entreprises. Processing est un exemple de langage de programmation qui interroge ces différents niveaux pour la création d’interfaces interactives. Il s’appuie fortement sur l’idée que les designers graphiques ont tendance à avoir recours à des logiciels qui favorisent la création standardisée, et qu’il faut leur offrir un langage plus ouvert (open source) et plus appropriable.

Les arts numériques proposent parfois l’idée que l’écriture d’auteur peut se rapprocher voire se confondre avec la programmation, en mettant en avant la notion de code comme avaient pu le faire des avant-gardes comme l’OULIPO (Ouvroir de Littérature Potentielle). La programmation devient élément de langage, voire élément esthétique en soi (beau code, solution élégante de programmation…). Mais comment l’écriture du code influence l’écriture en langage naturel ? Quel est le rôle des machines techniques sur l’écriture ? Odile Farge rappelle qu’à la fin des années 1980, la question se posait déjà avec les machines à écrire, que l’on disait propices au raccourcissement des phrases (chez Nietzsche par exemple, comme le montre Nicholas Carr dans on essai « Google nous rend-t-il idiots ? »). Mais on pourrait faire remonter ce questionnement au-delà des écritures dites industrielles (la plume d’oie…).

Ces questions relèvent plus généralement de la problématique de la culture numérique. L’évolution rapide des outils logiciels permet-elle d’aller au bout de leurs capacités d’appropriation ? Va-t-on vers plus de liberté ou de servilité dans le rapport aux techniques intellectuelles ? Ainsi, Odile Farge précise que son observation se porte sur ce que disent les auteurs de leurs propres rapports aux outils logiciels, comment ils vivent leurs pratiques (méthode d’entretien non directif). Dans l’entretien, on peut voir différents degrés de conscience ou croyance sur l’impact des outils logiciels sur la création.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search