Médiations du calcul à l’écran : des figures du classement ordinaire aux prétentions d’une ‘métrique sociale’

Pour la sixième séance du séminaire, nous accueillerons , pour une séance intitulée

« Médiations du calcul à l’écran :

des figures du classement ordinaire

aux prétentions d’une ‘métrique sociale' »

Gustavo Gomez-Mejia et Etienne Candel (ce dernier sous réserve)

le 23 mai 2013, 17h-19h

salle 85 (CNAM, 2 rue Conté, accès 31 au 2 ème étage)

Mise à jour : cette séance a été annulée et reportée à la rentrée de septembre 2013.

Dans le cadre théorique d’une approche techno-sémiotique des écrits d’écran, l’appréhension de la problématique de l’« autorité » sur Internet est indissociable d’une prise en compte des standards et des signes qui sont censés la manifester à l’écran. Quelles sont ces « petites formes » préfabriquées pour indiquer une certaine autorité sur le Web ?

Penser comme des médiations les classements ordinaires auxquels sont confrontés les internautes permet d’interroger à la fois :

– leurs conditions de production industrialisées de l’écriture ;

– les normes de représentation mobilisées par leurs formes standardisées en pixels ;

– les axiologies favorisées en vue de structurer des critères d’évaluation habituels.

Ces trois dimensions des médiations du classement dénaturalisent de l’amont vers l’aval la consistance apparente des « autorités calculées » sur l’Internet contemporain. Dans la mesure où le syntagme « social metrics » se fige dans les discours contemporains des professionnels du réseau, il convient d’insister sur l’épaisseur techno-sémiotique des médiations qui rendent lisibles comme des systèmes de valeurs une série de calculs opérés par les acteurs du Web.

Les intervenants se pencheront en particulier sur les listes quantifiées ou issues de quantification, et sur leurs conditions de productions qui sont souvent occultées tant la demande sociale pour ces classements est grande sur les réseaux sociaux. Cependant, l’ensemble de ces mirabilia repose sur un nombre de type de comptages très limités, structurant le substrat technique de l’ordinateur : nombre de clics, nombre de liens, heure. Il s’agit de réfléchir sur la manière dont le social est normé par des formes écrites du calcul, en questionnant la production et des circuits d’élaboration de ces objets, en observant le fonctionnement sémiotique des formes et en analysant leur opérativité symbolique.

Gustavo Gomez-Mejia est Maître de Conférences à l’IUT de Tours (Univ. François-Rabelais Tours) et Etienne Candel est Maître de Conférences au Celsa (Univ. Paris 4 Sorbonne). Ils ont récemment participé à l’ouvrage collectif Manuel d’analyse du Web publié au début de l’année 2013.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *