Louise Merzeau le 28 mars : Twitter, une machine à fabriquer de l’autorité

Pour cette 4ème séance du séminaire « Autorités calculées », nous recevons Louise Merzeau (MCF Paris Ouest Nanterre La Défense – Tactic / Dicen-IDF), qui viendra nous présenter son dernier article, « Twitter, une machine à fabriquer de l’autorité » (in Gabriel Gallezot, Nicolas Pélissier (dir.), Twitter, un monde en tout petit ? L’Harmattan, p.35-52, 2013).

Jeudi 28 mars 2013 : Louise Merzeau

17h-19h

CNAM, 2 rue Conté

39.2.64

Voici une synthèse de l’article, afin de bien préparer la séance :

Les univers dits « désintermédiés » du Web 2.0 forcent la remise en question de la construction et de la médiation de l’autorité ; même si cette appellation est critiquable (la disparition des intermédiaires est un fantasme plus qu’une réalité), il est probable que les valeurs de référence traditionnelles de l’autorité, liées aux cultures de l’imprimé, ne soient plus valides. Merzeau part d’une situation problématique où l’utilisation de Twitter pendant une conférence académique (documentation en temps réel, compte rendu et réactions à vif) vient déranger les habitus traditionnels de la médiation scientifique. Deux modèles s’opposent, entre confidentialité et diffusion. Les médias sociaux numériques, ainsi, brouillent l’économie de l’écriture et rendent poreuses les distinctions entre les genres discursifs et textuels (dans le cas qui nous intéresse, entre correspondance et publication).

Contrairement à ce que l’on en dit, Twitter n’opère pas une confusion des genres ou le mélange entre public et privé. En fait, ce dispositif opère la construction d’une autorité complexe via des paramétrages de création, publication et partage de contenu variés. On y repère des « cascades de filtres » entre émission et réception, selon des systèmes de propagation plus précis que les cibles d’audience habituelles. Selon le principe d’une « économie attentionnelle », les contenus ne sont pas seulement valorisés selon leur pertinence mais selon divers procédés de requalification au fil de leur propagation. Le phénomène de viralité doit ainsi être décrit comme une forme de « diffusion commutative » (entre pôles communicationnels ouverts et fermés, contenus pertinents ou non) et non plus « radiale » (modèle de la diffusion d’un émetteur vers une audience).

Ainsi, on peut tracer de nouveaux circuits d’influence et donc de légitimité. La figure traditionnelle de l’autorité implique une position hiérarchique en surplomb ; sur les réseaux l’horizontalité prime, impliquant toutefois de nombreux dénivelés. On cherche de nouvelles métaphores, par exemple, celle de l’autorité « en entonnoir » pour Google (Gallezot et Simonnot) : « Suprématie, omniscience, opacité, entraînant adhésion (la pertinence des résultats n’est pas contestée par l’immense majorité des internautes) et soumission (les règles de référencement imposées par le moteur sont adoptées par tous les webmasters)… ».

Mais les métriques de l’autorité sont particulièrement bouleversées par l’extension des champs de la pratique conversationnelle (via les médias sociaux) à tous les domaines de l’information en ligne. Elles sont prises dans deux dynamiques : celle de la « dictature de l’affinité » (recommandation consumériste) et celle de la « cooptation réticulaire ». Cette double dynamique est oxymorique : sous son effet, le Web se replie (contraction du flux conversationnel dans le tri de l’information émise et reçue selon les cercles d’affinités et de sociabilité) et se déplie (agrandissement des cercles via nœuds, typologies de filtre et autres classements). Ces systèmes d’autorité sont à la fois autonomes et interdépendants : Merzeau propose une autre métaphore, celle de la galaxie (« systèmes d’étoiles ») reprise des théoriciens de la cyberculture (Castells) et adaptée aux médias sociaux du Web 2.0.

Autre processus paradoxal : la dimension participative impliquée par la création collaborative de taxonomies crée de l’inégalité (inclusion / exclusion groupes d’influences, gestion e-réputation). Contrairement aux premiers modèles de réseaux sociaux (blogosphère), il n’y a pas d’exigence de réciprocité mais une hiérarchisation constante des informations et des locuteurs qui leurs sont attachés. L’influence se mesure dans le calcul de la différence entre ceux qu’on suit et ceux qui nous suivent, une différence surveillée grâce à des dispositif de statistiques, d’alertes et de mentions (selon un mécanisme élaboré de rétroaction). La prise en main des outils de ce dispositif impliquent une auto-observation, une réflexivité, une compréhension active induisant les lois de l’autorité de l’immanence des usages. La mesure des effets ne peut se faire que via une « boucle d’engagement social ». La formation d’une expertise se fonde alors sur la manipulation de l’autorité (expertise façonnée dans l’immanence des déterminations et la participation aux médiations identitaires).

On est ainsi dans le cadre d’une autorité informationnelle (Broudoux) plutôt que cognitive, puisqu’elle a moins fonction d’influence que de donner forme (in-former). Cette in-formation est celle du filtrage informationnel opéré par ceux qu’on suit, par une soumission volontaire à l’influence du nombre et du charisme. Cela opère un conditionnement communautaire qui débouche sur la détermination de comportements conversationnels et informationnels selon ce qui peut devenir une mobilisation engagée. Le « régime attentionnel » est un vecteur d’autorité informationnelle qui propose une cartographie du Web dont les contours sont constamment redéfinis (via les renvois hypertextes insérés dans les messages Twitter). A cela, il faut ajouter la mesure des échanges, des appréciations (« like »), des republications dont les statistiques produisent des taux d’audiences en variation permanente mais surtout des « distances informationnelles » (Rieder : la probabilité d’être confronté à une information dépend de l’usage et des médiations). Twitter est un médium d’orientation dans la plasticité Web : « Pour s’orienter, l’internaute a besoin d’anamorphoses mouvantes qui rapprochent ou éloignent telle ressource en fonction de ses intérêts du moment ».

Il faut enfin tenir compte d’une évolution diachronique importante : en termes de médias sociaux, on passe des petits mondes à l’espace public. La transposition des énoncés de réseau dans un cadre énonciatif de type mass media entraîne le basculement dans un régime attentionnel de masse et la modification des structures autoritatives de la propagation. De la communauté restreinte à l’opinion publique médiatisée, l’autorité se base sur la notoriété plutôt que la confiance. Merzeau retrouve le lien étymologique entre les termes « augmentation » et « autorité » dans la manière dont l’autorité 2.0 dépend de la propagation des messages et de l’impact attentionnel.

Une interrogation finale porte sur le devenir de la notion d’auteur dans ces environnements où la production de contenu est de moins en moins originale, et de plus en plus définie par la productivité d’information. Sous-tendant cette productivité, la notion de souscription (abonnement aux fils d’informations) devient primordiale ; c’est-à-dire, « écrire en dessous » (Ertzscheid), écrire au second degré, en citation permanente. Par ailleurs, la cohésion de l’autorité éclate de même que celle des œuvres, à travers la fragmentation structurelle des contenus. Est-ce que le partage en vient à remplacer la publication ? Selon le concept de « conversion numérique » (Doueihi), il pourrait bien en être ainsi.

Merzeau propose l’idée d’autorité pervasive pour qualifier cette évolution : « Quelle que soit la part de l’éditorialisation communautaire ou réflexive, l’autorité désigne aussi (d’abord ?) une grandeur mesurable indexée sur une série de variables, parmi lesquelles le nombre d’abonnés ou d’amis, les taux de retweets et de mention, l’influence qu’ont les personnes qui vous suivent (network), la fréquence de publication, l’amplitude du graphe social, la probabilité qu’un post soit relayé (amplification), le nombre de cibles réellement atteintes (true reach), etc. À mesure que les écritures de souscription se sont généralisées, les applications ont en effet pris le relais pour occuper la place laissée vacante par l’auctorialité pulvérisée »


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. 15/06/2013

    […] Séminaire Autorités calculées Écritures en réseau, systèmes techniques et faire autorité Séminaire contributif proposé par Evelyne Broudoux et Camille Paloque-Berges Laboratoire Dicen – Cnam, Paris […]

  2. 15/06/2013

    […] Autorités calculées Écritures en réseau, systèmes techniques et faire autorité […]

  3. 15/06/2013

    […] Autorités calculées. Écritures en réseau, systèmes techniques et faire autorité […]

  4. 15/06/2013

    […] Intervention dans le séminaire Autorités calculées. Écritures en réseau, systèmes techniques et faire autorité […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *