Les autorités calculées : du web aux documents internes des organisations

Cette séance aura lieu le mercredi 27 février de 17h à 19h au CNAM, en salle salle 17.2.14 (accès rue Saint-Martin).

Les travaux initiés par Franck Ghitalla sont innovants sur de multiples plans : éducation, recherche, développement, avec des conséquences immédiates pour les recherches appliquées (WebAtlas, RTGI, Linkfluence, Gephi) et des usages qui intéressent les collectivités. D’un point de vue éducation, il initie depuis plus de dix ans les futurs ingénieurs de l’UTC aux différentes théories des graphes et des réseaux pour créer un mode alternatif d’exploration du web qui ne passe pas par l’indexation réalisée par les moteurs de recherche. Son équipe d’étudiants crée des crawlers dès le début des années 2000, collecte les urls et les liens et génère des représentations graphiques du web avec le logiciel Pajek, à partir de l’algorithme de J. Kleinberg. Sont attribués aux « sites web » des scores de « hub » et d’ « autorité » : les « autorités » collectent les liens entrants alors que les « hubs » concentrent les liens sortants ; 20% des sites web génère 80% des liens du réseau. Sur les graphes ainsi représentés sont repérables des agrégats de liens lorsque les « sites web » sont fortement interconnectés et à ces concentrations de liens correspondent des espaces sémantiques.

Des propriétés topologiques du réseau sont déduites de ces données statistiques de liaison entre les sites web. C’est la mise en évidence de la structure topologique du web et le début de ses représentations cartographiques que ne cessent d’enrichir des contenus rendus visibles.

Au niveau macro, le web apparaît pris en tension dans des phases d’expansion et de contraction qui organise son mode d’extension.  Au niveau micro, l’analyse des formes graphiques des cartographies révèle des « patterns » alors que reviennent de manière régulière des figures… L’architecture distribuée du web est ainsi composée de patterns topo-sémantiques repérables et analysables dont il serait utile de faire l’inventaire.

De ces recherches découlent des méthodes sur lesquelles les sciences de l’information et de la communication pourraient s’appuyer car les invariants découverts concernent autant les documents des organisations que les sites web.

Articles

Mise à jour : Compte-rendu de la séance.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *